NDDL part Mediapart : le double jeu de la Commission européenne

Voici un article de Presse de Médiapart sur NDDL que je me permets de retranscrire, l’analyse étant pertinente.
(Je souligne toutefois que ce sont des points de vue de personnes politiques, cherchant l’électorat surtout en période de campagne pour les municipales 2014, utilisant NDDL comme un levier pour parler du cas de la SNCM que j’ai coupé, lien de l’article complet en bas de page)
Marie Batoux et Corinne Morel Darleux, du Parti de gauche, soulignent l’incohérence, selon elles, des décisions prises à Bruxelles, qui autorise l’Etat français à aider la filiale du groupe Vinci en charge de Notre-Dame-des Landes, mais pas la SNCM, qui assure le service public de transport entre la Corse et le continent.

nddl-notre-dame-des-landes-aeroport-nantesJPG

A Bruxelles, la concurrence est libre et non faussée… Enfin, ça dépend des fois. C’est ainsi qu’on apprend que la Commission européenne vient d’autoriser l’État français à verser 150 millions d’euros à la filiale de Vinci en charge de la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes,  et dans le même temps qu’elle réclame en tout 440 millions d’euros à la SNCM pour remboursement d’aides du même État.

nddl notre dame des landes non oui aéroport de Nantes Voilà qui a de quoi étonner. D’un côté, le groupe Vinci, qui en 2011 affichait 1,9 milliard de résultat net. De l’autre, la SNCM, compagnie d’utilité publique, dont le chiffre d’affaires annuel n’atteint pas le seuil des 440 millions que lui réclame aujourd’hui la Commission européenne ! (…) s’appuyant sur la requalification en aides d’État de la recapitalisation au moment de la vente. (…)

Peut on imaginer un coup de pouce pour Vinci à Notre-Dame-des-Landes, en remerciement des bons et loyaux services de M. Ayrault ?

Au-delà du cas de la SNCM, la Commission européenne joue un double jeu, mis spectaculairement en lumière avec le cas Vinci. Elle a beau jeu d’écrire que « sans l’existence de ces règles communes, la concurrence au sein du marché unique de l’UE serait faussée par une “course aux subventions” entre les États Membres au profit d’entreprises particulières ». N’est-ce pas précisément ce qu’elle fait en autorisant l’État français à octroyer 150 millions d’euros à Vinci ? Pour un aéroport dont la pertinence économique est largement contestée, sans parler de son caractère anachronique à l’heure de l’urgence à réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

notre-dame-des-landes

 Est-ce vraiment aujourd’hui la priorité pour l’État français que d’aider Vinci, un groupe déjà à la limite du monopole ? Parkings privés, tunnels, autoroutes, transport ferroviaire de personnes : tous les partenariats publics-privés tombent déjà dans son escarcelle. Cela rapporte beaucoup aux actionnaires de Vinci et coûte en revanche cher à l’État et aux citoyens qui payent pour alimenter leurs profits deux fois, par l’impôt et par les péages ! L’explication des inconséquences de la Commission européenne est peut-être à chercher du côté des bons et loyaux services rendus par le gouvernement Ayrault à la Commission européenne : ratification du TSCG, application minutieuse de la règle d’or et des budgets d’austérité, annonce en pleine conférence environnementale de la privatisation accrue d’EDF et GDF, poursuite de l’ouverture du rail à la concurrence et plus largement organisation de la libéralisation à marche forcée de ces dangereux monopoles que représentent les services publics face à la “ concurrence libre et non faussée ”…notre-dame-des-landes-nantes-nddl
Sans vergogne, la Commission européenne affirme que ce cadeau à Vinci de 150 millions est « compatible avec les règles européennes relatives aux aides de l’État ». En pleine cure d’austérité imposée par la même Commission européenne, en pleine annonce de hausse de la TVA pour financer le crédit d’impôt emploi compétitivité, cette double décision est une véritable provocation et un bras d’honneur fait par les oligarques de Bruxelles et le gouvernement Ayrault à toutes celles et ceux qui sont attachés à un usage juste et républicain des deniers publics, à la notion de service public et à l’écologie. La conséquence de ces politiques libérales du gouvernement et de l’Union europénne est toujours la même : le privé s’enrichit sur fonds publics et le service public pâtit de l’austérité. Ça suffit. Ce sont pour toutes ces raisons que nous serons nombreux à marcher le 1er décembre sur le portique de Bercy pour une vraie révolution fiscale !
Aider ce projet d’aéroport est un non sens, couler la SNCM est une aberration. Tant d’un point de vue économique, social qu’environnemental, c’est un signe de plus du fonctionnement oligarchique de la Commission européenne et une motivation supplémentaire pour dire que nous ne voulons plus de cette Europe-là.

Marie Batoux, membre du Bureau national du Parti de gauche (PACA), candidate aux municipales dans le 13-14e arrondissement de Marseille
, Corinne Morel Darleux, secrétaire nationale à l’écosocialisme du Parti de gauche et conseillère régionale FDG (Rhône Alpes), candidate aux élections européennes 2014

Article complet sur Notre Dames des Landes et la SNCM :
http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/231113/vinci-sncm-le-double-jeu-de-la-commission-europeenne

nddl-notre-dame-des-landes-nantes-aeroport-police-gendarmes

Publicités
Cet article, publié dans Nantes Architecture & Patrimoine, Nantes Culture & Contre Culture, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s